dimanche 14 février 2021

Trois mots pour un vin: Le rouge des cornus

 

Le cabernet franc, c'est souvent un peu trop … "franc" et droit mais chez Pascale et François Plouzeau c'est tout l'inverse avec cette cuvée "Le rouge des cornus" 2018 qui est issue à 100% de ce cépage. Il y a du volume dés l'ouverture avec un nez très expressif et une attaque en bouche soyeuse sur une matière bien présente et des tannins civilisés qui restent accrochés au palais pour prolonger le vin sur un long moment. Il ne faut pourtant pas s'y tromper, c'est la superbe acidité sous jacente qui tient ce vin de terroir plein et mûr qui me procure vraiment beaucoup de plaisir. Le seul problème de cette bouteille, c'est son accessibilité car ma femme et mon fils descendent leur verre aussi vite que moi et je crains qu'une bouteille de 75cl soit un peu juste pour l'apéro !!! 

Au deuxième verre, ce vin opaque dégage de la générosité avec la terre qui est bien présente, de très belles fleurs, des fruits noirs écrasés et des épices dominées par un beau poivre peut-être légèrement mentholé. La fraîcheur et l'acidité sont là pour contrebalancer cet océan de volume et de matière avec un vin ne tombe jamais dans la lourdeur mais vous embarque plutôt vers des contrées reculées ou des vagues pleines d'alégresse vous font boire une bonne tasse de bonheur. La vie est belle lorsqu'on a un vin comme ça dans son verre …

Je rencontre souvent cette cuvée depuis quelques années et c'est une référence pour moi en Loire. Elle me remplit de bonheur à chaque fois.


vendredi 22 janvier 2021

Glougloutage chez Henri Duporge

Ça bouge dans le bordelais car il y a de plus en plus de monde qui pense que "l'appellation" Grand vin de Bordeaux (quelle modestie !!!) devra rimer avec bio dans les années à venir. Cela fait quelques années qu'un virage a été amorcé mais c'est maintenant une évidence pour pas mal de monde, les vins de demain devront être plus "propres". J’espère que ça ne sera pas juste un virage … "marketing" et que pas mal de vignerons iront au bout de l'idée afin que l'on puisse réellement voir transparaitre le terroir bordelais trop souvent laissé pour compte que ce soit à la vigne ou au chai.

Henri Duporge lui est loin de tout ce brouhaha "commercial" puisqu'il a enclenché sa démarche en bio puis en biodynamie depuis l'an 2000. Je suis passé au printemps dernier pour une petite visite de son Château Le Geai. Normalement il ne reçoit que des professionnels mais bon, en lui parlant de ma passion et du blog, j'ai quand même réussi à pousser sa porte. Et son accueil a été plein de franchise et sans filtre au bout d'une heure.
Les 16 hectares de vignes du domaine sont situées sur Bayas et domine l'Isle, une rivière qui rejoint la Dordogne un peu avant Libourne. Il travaille les sols au cheval mais l'herbe est présente la majeure partie du temps.

Au chai, Henri est un grand fan du "glougloutage". C'est une méthode d'immersion du marc dans son jus qui est possible grâce à la forme des amphores qui coincent la matière sur le haut tout en laissant du jus sur le dessus. Du coup un doux bruit s'échappe des amphores et donne une vraie vie à la vinification qui se fait tout en douceur.
Les 2019 étaient toujours en fermentation en ce mois de mars et ça ne le dérangeait pas plus que ça car il donne une grande part au temps sur tous ses vins. 
La passion pour son terroir Bordelais ainsi que sa connaissance de l'historique des cépages et des méthodes de travail qui ont jalonné cette région font que l'on se retrouve vite à boire ses paroles avec des mots qui résonnent encore dans mes oreilles.

Bon et ces cuvées, ça donne quoi?

Les merlots de Léo c'est comme un Lambrusco mais bordelais, ça pétille un peu et ça descend beaucoup … sans pour autant manquer de fond. Bu un peu frais c'est comme une petite bombe de fruits drôlement … bons !!!

Les argiles de Pauline sont vinifiés et élevés en amphore pendant 16 mois, sans soufre et avec juste des raisins de merlot et malbec. C'est un vin qui demande encore du temps mais les arômes de fruits noirs et d'olives accompagnent une belle patine presque soyeuse.

On a aussi gouté Ultrableue, un 100% malbec qui a été vinifié en jarre puis élevé une bonne partie en amphore et le reste en fût.  Une micro cuvée sur laquelle je reviendrai une autre fois.

Henri vinifie aujourd'hui sans souffre mais c'est avec franchise qu'il me parle de ses débuts et des petites galères qu'il a traversées pour arriver à ce résultat. Le sans souffre, il l'avait laissé de coté pendant trois ans, de 2010 à 2012, pour repartir avec des doses infimes par la suite et réussir à s'en passer maintenant.
Un long chemin qui lui permet de faire des vinifications sur levures indigènes avec beaucoup de patience mais surtout avec le plus important...de très beaux raisins.

Ah, sinon pour les purs natures, il faut aussi gouté son pet nat hydromel, une boisson qui apporte un peu de...folie et qui répond au doux nom de Beebine

Pour finir, j'ai ouvert la cuvée Plasma (100% cabernet sauvignon) sur 2018 le week-end dernier. 
Au débouché, le vin a un nez ferreux et métallique alors que la bouche a un fruit rond et savoureux mis en valeur par une tension intéressante qui vous emmène vers la terre. Les tannins sont accrocheurs et demandent encore un peut de temps. Un beau grain reste en bouche avec toujours cette tension vers l'acidité qui garde le vin sur une longueur au dessus de la normal. C'est jeune mais la carafe devrait le révéler…
Après un peu plus d'une heure de carafe, le vin s'est bien ouvert et le nez a pris du volume avec des fleurs (de mimosa je pense), des épices douces, le fer qui est encore un peu présent mais plus avenant, attisant ma curiosité, et des petits galets qui apportent un coté minéral très intéressant. La bouche s'est arrondie et la grosse et belle acidité qui étire le vin est accompagnée de la  fluidité d'une rivière qui donne beaucoup de plaisir et presque de la gourmandise. 
C'est très bon quoi !!!
Après deux heures le vin "pommade" un peu, pour encore plus de plaisir, sur des groseilles puis les myrtilles, la figue et un beau raisin frais sur un court moment. Enfin c'est bien vivant, fondu et ça descend tout seul. Un enchantement qui donne l'impression que les arômes sont au bout du "fil" de l'acidité, un fil qui pourrait être celui d'une canne à pêche avec au bout la prise, des arômes qui au fil du temps ce révèlent et m'emportent avec eux pour rêvasser tranquillement au bord de l'eau
Un gros plaisir ce Plasma !!!
Voilà, je suis content de vous avoir parler de ce domaine familial car je trouve que ces vins expriment vraiment le terroir bordelais et j'espère qu'en croisant une bouteille de Château Le Geai vous prendrez autant de plaisir que moi. Merci encore à Henri pour son accueil.



samedi 28 novembre 2020

Trois mots pour un vin: Ygueule 2018

 

Pierre Cotton fait des macérations carboniques avec ses gamay, et je viens juste d'en découvrir une avec sa cuvée Ygueule, un vin 100% glouglou ...... mais pas que !!! 
A l'ouverture, la grosse fraîcheur du nez qui "pète" le fruit croquant vous saute dessus.    La couleur est TERRIBLE, réellement comme sur la photo, un rosé fuchsia légèrement trouble qui donne envie de plonger dans le verre pour s'y noyer d'ivresse.

Ce "jus de fruit" enivrant mêle harmonieusement la fraise des bois et une orange sanguine soupoudrée d'épices. Il y a aussi de belles cerise bien mures qui arrivent lorsque le vin c'est un peu aéré.

La bouche est bien en place avec une belle acidité qui entoure d'un fil très fin un vin croquant, addictif, avec une finesse qui donne une vraie impression de "Bourgogne du sud". On sent aussi qu'avec quelques années de plus ce jus dévoilera des choses un peu plus profondes.

C'est le type de vin que l'on est content d'avoir rencontré car il s'offre tout de suite à vous.    Par contre attention car vous pouvez descendre la bouteille à deux sans même vous en apercevoir.

Superbe vin donc, à boire d'urgence si vous ne connaissez pas et que vous voulez accéder à un bonheur vinique simple et immédiat, une gourmandise.



dimanche 15 novembre 2020

Trois mots pour un vin: Les blondins 2018

 Je n'avais jamais croisé cette cuvée avant l'ouverture de cette bouteille et je ne sais même plus ou j'ai bien pu l'acheter. Du coup c'est quasiment un vin que j'ai bu à l'aveugle.

A l'ouverture, si j'avais été à l'aveugle justement, je ne serais pas parti sur un gamay mais plutôt sur un jeune bourgogne, fin.

L'attaque en bouche est très nette, lisse et fait penser à un bois précieux avec toujours cette finesse qui est mise en avant par un minéral omniprésent. Une framboise légèrement chocolatée est accompagnée par le petit côté gras d'une noix de tonka.

Tout s'éteint un peu au bout d'une demi-heure mais comme je ne voulait pas carafer pour voir son évolution sur plusieurs jours, je remets simplement le bouchon sur la bouteille qui retourne à la cave...

Le lendemain, le vin s'est complétement ouvert avec une bouche qui a gagné en largeur et finit en pointe ... sur une belle acidité qui tient l'ensemble avec des tannins fins. C'est sensuel, fin, et ça donne souvent une belle impression de retenue pour ensuite basculer sur le plaisir raffiné et l'harmonie. L'accord avec un bleu de Gex était exceptionnel et sublimait vraiment le vin.

Le troisième jour, le vin est toujours bien en place, il n'a pas perdu en intensité et le coté vivant est encore plus présent avec toujours une belle amertume de chocolat noir, la minéralité et des senteurs de framboise mêlées au bois précieux qui voyagent dans le verre par instants fugaces. J'ai l'impression d'être dans un voyage sans fin, sur une route pleine de plaisirs qui ne s'arrêterait jamais

Une belle cuvée qui associe le domaine Sérol et le cuisinier Michel Troisgros grâce à une parcelle de 2 hectares de Gamay menée en biodynamie sur la côte Roannaise.



lundi 26 octobre 2020

Giachino, un grand en Savoie.

Mondeuse blanche, Jacquère, Etraire de la Dhuy, Gamay, Douce noir, Verdesse,  Mondeuse noire, Altesse, Persan ... aaaaahhhh depuis ma petite virée en Savoie et un passage au domaine Giachino, ces noms de cépages résonnent dans ma tête avec des images et des senteurs nouvelles qui m'enchantent. 

Lorsque je suis arrivé sur la petite route qui mène chez les frères Giachino et leur cousin qui les a rejoint sur le domaine il y a cinq ans, ce qui m'a frappé ce sont les très beaux paysages, l'environnement qui m'entourait avec ces micros parcelles qui défilent et la montagne au fond mise en valeur par ses sommets enneigés: une carte postale renouvelée après chaque virage grace à cette nature préservée qui donne une superbe grande bouffée d'air pur !!! Et puis on arrive à la cave, on se gare et on reprend une claque avec les belles couleurs d'automne des vignes du domaine au pied du mont Granier : le décor est en harmonie avec les belles cuvées qui vont arriver.

C'est parti, David me prévient qu'il n'a plus beaucoup de cuvées à me faire gouter mais on va quand même en passer 7 en revue, toutes sur le millésime 2019…
Monfarina est un blanc qui descend tout seul, sur la fraicheur du fruit avec des touches exotiques, l'orange sanguine et une belle longueur. Un trés beau vin.
Avec Marius et Simone on change de registre pour un vin orange qui est presque charpenté sur l'écorce d'orange et des tannins fins. Pour les bulles c'est un pet nat de haut vol qui nous régale avec la cuvée Giac'bulles. Et des bulles il y en a tellement qu'elles envahissent toute la bouche avec finesse. C'est aussi long que c'est bon et j'ai beaucoup plaisir lorsque j'y reviens !!!
Les vignes du prieuré Saint-Chritophe de Michel Grisard sont maintenant travaillées et vinifiées par le domaine Giachino puisque ce vigneron précurseur des vins proches de la nature en Savoie a pris sa retraite. Le blanc, 100% altesse, est une merveille d'équilibre avec des aromes de miel qui répondent magistralement à des amers absolument magnifiques. 
La longueur est stratosphérique et classe cette cuvée dans les vins d'exceptions.
Et les rouges alors? Et bien c'est sur la même lignée avec toujours beaucoup d'honnêteté et de sincérité.
Giac Potes, porte bien son nom car c'est un vrai bon copain, il est toujours d'accord et on arrive vite vers la fin de la bouteille tellement la buvabilité le rend irrésistible. Mais c'est aussi complexe, avec une attaque ronde et un vin qui "pommade" légèrement par moment pour finir finement épicé. Délicieux. Avec Black Giac, la mondeuse noire donne une belle image de finesse, intensité et raffinement. C'est Le vin du domaine qui m'a le plus impressionné et je reviendrai dessus très prochainement dans un autre article. Le prieuré Saint-Chritophe Rouge est complexe mais doit encore attendre un peu avant d'exprimer tout son potentiel. La longueur est là et le vin laisse transparaitre de belles promesses que le temps dévoilera à coup sure.
Je ne vais pas vous passer en revue les cuves qui ont jalonné la dégustation mais j'ai été très impressionné par celle qui avait les raisins de persan. Ce cépage très anonyme (en tout cas pour moi) dégage une grande classe avec une finesse de bouche exceptionnelle et des aromes purs de violette. J'ai encore en mémoire cette cuve qui avait fini de manger ses sucres et qui était déjà la promesse d'une sacrée belle cuvée 2020 …
Voilà pour le tour des vins de ce domaine d'un peu plus de 10 hectares qui a volontairement des rendements autour de 40hl/ha afin de pouvoir garder des tarifs entre 
10 et 15€ pour la majorité des cuvées. La biodynamie est au centre de toutes les préoccupations de David et l'équilibre est le maitre mot des vinifications qui sont le moins interventionnistes possible.
J'ai vraiment beaucoup de nouvelles belles choses qui envahissent mes pensées depuis que j'ai un peu plus découvert ces surprenants vins de Savoie qui ont une vraie identité. 
La fraicheur, la franchise, la complexité, une belle buvabilité salivante, de très beaux amers, des longueurs de bouche surprenantes, le domaine Giachino c'est tout ça...et tout simplement un grand en Savoie.


jeudi 10 septembre 2020

Un vin plein ...... de délicatesse

Et Hop'là me voilà parti au bout du monde, enfin au Domaine du bout du monde. C'est Dominique, le caviste breton du cellier du Régal's, qui m'avait dit: "si tu aimes les vins de Jean-Francois Nick tu devrais goûter une cuvée d'Edouard Laffitte". Et il a eu raison car ce 2018 (grenache, syrah et un peu de carignan) est un vrai régal avec dès l'ouverture le nez qui part sur un joli bouquet de fleurs où des violettes éclatantes et omniprésentes envahissent aussi la bouche. Une bouche ronde, lisse, tendue, intense, suave, persistante, et finissant sur une belle acidité accompagnée d'une impression de sucre (mais ce n'est qu'une impression): vraiment top ce hop'là. 

 Une belle rétro sur le zan et la violette donne encore plus de relief après 1/2 heure à ce jus légèrement trouble mais tellement attirant, gourmand, vivant, précis.

Des moments délicieux s’enchaînent avec une sensation d'eau qui arrive puis la terre et la cannelle réveillent mes sens ..... une grande vague m'emporte avec elle dans les profondeurs d'un océan de fruits qui rend ivre tous les dauphins qui m'entourent ...... enfin c'est bon quoi !!!
Deux jours plus tard j'ai la mine de crayon de papier qui s'est associée au zan pour un vin moins complexe mais qui donne encore un peu de plaisir.

Un vin plein ...... de délicatesse donc, qui exprime la "modernité" des vinifications carboniques sans artifice tout en me rappelant les vins de Jean-Francois Nick effectivement, mais aussi ceux d'Eric Pfifferling ou de David et Nadia en Afrique du Sud pour sortir un peu de nos frontières. 




lundi 3 août 2020

Trois mots pour un caviste de folie....... euh de Faou !!!

Bretagne, crêperies, bières, pluie, soleil, nuages, froid puis chaud et ... cave. Tout ça dans la même journée est possible lorsque l'on est "au bout du monde" comme il disent là-bas.  
J'avais déjà rencontré un caviste intéressant il y a quelques mois en passant du coté de la cave de la presqu'île à Crozon. Je dirais que c'était une premiere bonne étape.

Il y a quelques semaines, lors d'un séjour un peu plus long, je me suis attardé au cellier du Régal's chez Dominique Keruzoré. C'est un jeune caviste puisqu'il a repris la cave il y a seulement 
3 ans. C'est la passion qui l'a poussée à changer de direction professionnelle.
Il fait partie des cavistes qui font tout pour partager leur amour du vin et c'est vraiment que du plaisir lorsque l'on rentre dans son antre. Beaucoup de références de toutes les régions de France et d'ailleurs aussi, avec essentiellement des vins d'auteur, proche de la nature ou au moins en bio... que du bonheur quoi. 
Et puis Dominique est souvent prêt à ouvrir une quille juste histoire de boire un bon canon comme ce superbe Bourgogne du clos des vignes de Maynes qui nous a embarqué sur une finesse infinie, in..fi...nie...
Une merveille de grande classe pour cette cuvée 910, l'année de naissance du Clos qui n'a vu aucun intrans ni produit chimique depuis... Un voyage, un bon en arrière de plusieurs siècles qui nous dévoile ses origines. 
Et puis La folle blanche de Marc Pesnot nous dévoile ses douceurs d'agrumes, tendu par une flèche d'acidité qui reveille notre gourmandise. Du grand art en pays Nantais. 
Et puis je pourrais continuer des heures avec les vins d'Elian Da Ros, de Jean-Francois Nicq, d'Edouard Laffitte, de Dominique Hauvette, du JONC-BLANC et de Barral.... et de tant d'autres.
Hier j'ai ouvert un vin sicilien que Dominique m'avait conseillé, la cuvée SP68 d'Ariana Occhipinti.
Une belle fraîcheur caractérise un nez franc et net dès le départ avec l'impression d'être sous une cascade tellement mes sens se mettent en éveil. 
Je suis sous l'influence de la noisette, la prune et un léger voile de fumée de cigare passe.
En bouche, la matière est légèrement granuleuse avec une finesse qui contrebalance tout. Des fruits écrasés et une acidité qui vous promène le long d'un fil avec toujours cette finesse qui revient et vous embarque vers la précision et la tension: c'est Waouh !!!
Le nez est maintenant complètement ouvert, un jus de raisin qui vient juste d'être pressé met en valeur la matière et laisse aussi une belle place à une fraîcheur mentholée, au café et à un beau noyau de cerise.
Ca se boit tout seul mais c'est aussi un vin taillé pour passer quelques années en cave. 
Une belle découverte.
Voilà, si vous allez en Bretagne, au lieu d'aller "au bout du monde", arrêtez vous chez Dominique, le caviste du Faou, il y a chez lui de quoi faire quelques provisions sympas pour remplir votre cave de bouteilles pleines de bonheur... ou de folie.